Ambre

L’Ambre (ou Succin) est connu de tous mais peu savent quelle importance il jouait pour les Germains.

D’abord l’Ambre est une résine naturelle, fossile en fait datant de plusieurs dizaines de millions d’années. On le trouve en grande quantité autour de la mer Baltique. Rare, d’une grande beauté, il eut une grande valeur voilà deux milles ans pour les peuples l’exploitant et en a encore de nos jours. On le connaît communément sous son aspect transparent et jaune ou doré mais il en existe de toutes les couleurs, surtout vert, blanc et même noir. L’Ambre est parfois opaque, toujours différent d’une pièce à une autre et s’il n’est pas épuré, on y trouve des petits insectes et débris divers pris dans sa résine ! Sa plus grande propriété est d’attirer les charges ionisées et par frottement de s’en électriser même. D’ailleurs les Grecs l’appelèrent Elektron et Thalès en démontra les vertus magnétiques.

Pour les Germains il fut donc plus précieux encore que l’Or !
En effet d’abord mythologiquement, il est lié à Freyja qui pleurait des larmes d’ambres !
D’ailleurs on appelle parfois l’or rouge. (Voir ci-dessous)
Mais au-delà de l’aspect magique et spirituel, il était également à la base du troc et du commerce avec les autres peuples.
Ainsi Tacite décrit clairement l’existence d’une « Route de l'Ambre » telle la fameuse route de la soie bien connue.

Ainsi l’historien, selon les sources de Pline l'Ancien, situe cette fameuse "Route de l'Ambre" entre les peuples Danubiens de Pannonie, ceux vivant le long de la Vistule pour la terminer jusqu'aux rives de la Baltique… Tacite cite même le peuple Germain des Estes qui le récoltait, le nommant Glesum et qui le marchandait sur la dite "route de l'Ambre".
On voit donc là la place que prend l’Ambre dans la vision des peuples antiques.
Il faut donc lui rendre là toute sa valeur !


Histoires

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License