Ampsivariens

Les Ampsivariens parmi « Les Trente » :

« Il y a pire que de choisir la mauvaise sente de la destinée, c’est de ne pas savoir laquelle empruntée ! »
C’est par ce petit adage que l’on peut résumer le Destin des Ampsivariens. Si les Ubiens choisirent un camp, néfaste pour leurs Frères, les Ampsivariens à n’en pas choisir finirent par s’attirer les ires de tous ! Les Germains moquaient ceux fuyant leur Destin et ne pouvaient accorder à ceux là quelques honneurs.
Ainsi les Ampsivariens subirent par malheur l’adage du « Avec nous ou contre nous ! »


Les Ampsivariens

(Les Indécis du Destin)


Les Ampsivariens (ou Ansivariens et Ansibariens), « Hommes de l’Ems », petit peuple Antique de Germains demeure méconnu et ne semble pas avoir peser dans l’Histoire de cette civilisation. Très vite d’ailleurs on perd leurs traces et ceci apparemment de leur fait comme on le verra.
Leur territoire s’articulait le long des rives de l’Ems, surtout celle d’Ouest, entre les Bructères au Sud et les Frisons au Nord. Situés à son embouchure sur les rives de la Mer du Nord ils évoluèrent ainsi au fil de l’Histoire sur une étendue plus ou moins grande le long du fleuve entre les autres peuples Germains. Sans doute y vécurent-ils de pêches et de négoce fluvial, apparemment peu intéressés par les affaires de guerres et de conquêtes.
Deux villes actuelles semblent attester de leur présence, Emden et Emmen, en Allemagne et au Pays-Bas.

Chroniques Ampsivariennes

-50 ? : Les Ampsivariens apparaissent dans l’Histoire Romaine par César lors de la Guerre des Gaules.
9 : Les Ampsivariens refusent, par leur chef Boiocalus, de participer à la bataille de Teutoburg au côté d’Arminius.
58 : Les Ampsivariens sont repoussés par les Chauques jusqu’au bas-Ems.
Après le Ier Siècle : Les Ampsivariens se confondent peu à peu aux autres Germains puis sont rattachés aux Francs.

Semblant ne peut que s’intéresser à l’Histoire des autres, on n’en sait pas plus sur eux même si leur chef Boiocalus eut sans doute son importance pour être cité dans les écrits. Encore que ce fut là peut-être pour souligner ses indécisions et celles des siens, Rome tout autant que les autres Germains les chassant de leur royaume ! Ainsi, ils remonteront le Rhin mais finiront par perdre pour toujours leurs terres…
Les Annales à propos des Ampsivariens : (cliquer pour dérouler le texte)


C’est là à peu près le seul témoignage de leur bref passage sur les terres de Germanie et encore est-ce là une Chronique Romaine très ancienne.

Une indécision fatale


Certainement paisible pendant quelques décennies la situation des Ampsivariens comme on l’a vu se gâtera très vite du fait de leur indécision stratégique. Même s’ils n’étaient pas des traîtres, ils refusèrent de participer à la guerre entamée par Arminius, une erreur lourde de conséquences car ils ne trouvèrent plus d’alliés chez les Germains.
Ce fut là un où ils semblent s’être alors attirés la bienveillance de Rome. Pourtant, et on ne peut pas le leur reprocher, ils refuseront l’alliance perdant de fait la possibilité de récupérer des terres le long des limes. Peut-être une tentative de retrouver un peu de leur superbe auprès des Tenctères et Bructères mais là encore ils ne se décidèrent pas à s’allier à l’un ou à l’autre. Pire encore quand Rome tentera lors d’une campagne d’exterminer les Tenctères, les Ampsivariens ne perdent en palabres indécises et ne participent pas (ou trop tard) aux défenses Germaines !

Une indécision de trop les éparpillant définitivement dans l’Histoire, certains de leurs clans se confondant avec d’autres peuples Germains, le reste étant pris comme ennemi. Quant à leur royaume sur l’Elms il sera conquis par les Chauques, maîtres des fleuves.
Restent quelques écrits où leur nom apparaît parfois, principalement au côté des Francs dans quelques batailles. Enfin des traces préciseraient qu’ils aient été pour certain accueillis par les Chattes mais rien ne l’atteste… même si leur ancien pays sur l’Ems, entre le Rhin et l’Elbe les faisaient côtoyer ces derniers.

Les Ampsivariens auront dans tous les cas illustrés la philosophie des Germains liés au Destin. Hommes de décisions et surtout pas fatalistes, les Germains craignaient le Destin mais jugeaient de leurs valeurs en l’affrontant même pour le pire. Malheureusement le fuir n’était pas pour attirer l’indulgence, cette faiblesse les condamnant implacablement à le subir faute d’avoir au moins osé tenté de le saisir !


Les Trente
Peuples

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License