Barbares
article_669482.jpg

Les Barbares !

Un mot terrible qui résonne dans l’inconscient et l’imaginaire collectif comme un symbole servant à désigner ce qui est « inhumain », « au-delà de la civilisation » et contraire à la « moralité ». Qu’il désigne l’ennemi, les pires manifestations humaines, les cruautés et exactions les plus maléfiques, il symbolise toujours ce qui est « autre ».
Mais s’il est entendu ainsi à notre époque, ce terme dans l’Histoire trouve ses origines voilà plusieurs millénaires et, malheureusement, aura donné son nom au peuple antique des Germains.

Le terme de Barbare provient du Latin « Barbarus » et surtout de l’étymologie Grecque « Barbaros ».
Dans la Grèce Antique ce mot désignait les « Etrangers », en fait ceux qui vivaient au-delà de la Grèce, ce qui écarte une partie de sa définition péjorative. La Grèce était alors un ensemble de cités-états concurrentes, voire ennemies, qui avaient en commun une langue, une culture, des croyances et un mode de vie, mais aucune unité politique ; être grec signifiait donc faire partie de l'entité culturelle et linguistique que l'on appelait Grèce, et « Etrangers » celui qui n’était pas Grec, qui vivait en dehors de cette civilisation et s’exprimait en une autre langue (dont les sons inintelligibles pour les Grecs auraient formé les sons « bar-bar » à l’instar de notre « bla-bla »).
Bien sûr on peut tout de même déjà noter une certaine mise à distance de l’autre en tant qu’être en dehors de la « civilisation » vue comme celle appartenant aux Grecs. Mais cette notion d'opposition entre « barbare » et « civilisé » ne fut vraiment adoptée que par les Romains.

L'empire romain était l'exact contraire de la Grèce antique : un ensemble de peuples très différents soumis à un empire unique très centralisé, et qui adoptaient souvent au moins en partie la culture romaine. Aussi les Romains utilisèrent le mot « barbare » pour désigner cette fois tous les peuples vivant au-delà de leur Limes, en les présentant comme inférieurs à la société civilisée et à la morale au même titre que des « bêtes », donc dangereuses. Les Barbares furent alors connotés avec la menace, le danger, ce qui rôde aux frontières qu’elles soient physiques ou imaginaires. Bref les Barbares devinrent la « Peur ».

Ce sont donc les Germains qui incarnèrent le mieux aux yeux des Romains ce qu’étaient ces Barbares. Ou plutôt ce furent les Cimbres et Teutons qui avant d’être nommé Germains reçurent ce nom redouté.

Ensuite l’Histoire ne cessa plus de nommer tous les peuples autres que Romains par ce terme générique, depuis les Germains jusqu'aux Huns (dont évidemment Attila). On parla ainsi des « Invasions Barbares » lors de leurs migrations, de la « menace barbare » et même pour l’Afrique du Nord, des « Berbères » issus de ces mêmes Barbares ! On pourrait faire une longue liste de qui fut « Barbare » durant les siècles suivant depuis le simple étranger à la colonisation des « indigènes », un synonyme tout aussi honteux.
Bref, à travers l’Histoire on pourrait dire que chacun fut à un moment donné le « Barbare » d’un autre !

Enfin on ne pourra que difficilement expurger de sa connation péjorative actuelle le terme de "Barbare", mais au moins peut-on espèrer qu'il soit expliqué et remis dans son contexte, tout en tentant de le séparer de la civilisation Germanique auquel il s'associe toujours…


Imaginaire populaire

Source image : Site

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License