Bardit

Le Bardit1 (ou Barditus et Barditum) était un chant de guerre employé par les Germains.
Toutefois l’origine de ce terme fut mal interprétée dans l’Histoire. En effet on a cru que le « Bardit » était le « Chant des Bardes » et qu’il était entonné par les Celtes. Cette méprise est due en fait au mot « Bardus », le fameux Barde Celtique !
Dés lors on trouve beaucoup de définition du Bardit comme étant un chant Barde mélancolique et poétique, une erreur.

Une méprise compréhensible toutefois et sans doute due également aux Ambrons.
Ainsi une coutume2 Ambrones indique qu’ils criaient leurs noms (Ambrones) lors des batailles les mesurant à Marius. C’était là une coutume Celte, chaque Clan criant le nom des leurs pour se reconnaître… les Germains eux pratiquant le Bardit, un cri de guerre plus destiné à effrayer qu’à se reconnaître.
Dans tous les cas les Ambrones étant de nature Celto-germanique puis la confusion entre le Bardit, le Bardus et la coutume des cris de guerre ont ainsi pu tromper sur la nature même de ce chant…3

Le Bardit est donc bien Germains et Tacite nous en livre une riche description4 :

« Ils ont aussi de ces chants qui entonnent – c’est ce qu’ils appellent le Bardit – pour enflammer leur courage, et dont les accents mêmes leur font augurer l’issue du combat qu’ils vont engager : car ils épouvantent ou ils tremblent selon qu’a retenti la ligne de bataille, et pour eux ce sont moins des clameurs que l’unisson du courage. On recherche surtout la rudesse du son et des éclats rauques ; le bouclier est placé devant la bouche afin que la voix, plus pleine et plus grave, s’enfle en y résonnant5. »

Enfin le Bardit a parfois été rapproché du « Barritus » (barrissement) qui était un cri de guerre simple mais là encore ce n’est pas possible le mot Barritus étant postérieur au Bardit.6

Extrait littéraire7 :

Et soudain… soudain, tous entendirent une clameur rageuse venue des bois non loin de ce champ de bataille !
Le Bardit des Berserkers !
L’hurlement venu des sous-bois ombrageux de la forêt épouvanta les acteurs de la scène dramatique se jouant maintenant dans le déferlement des Eléments.
Il sembla même que les vents se soient fait domestiquer par les êtres de fureur à l’orée des bois qui les rejetèrent violemment sur leurs proies.


Divers
Articles "Romancés"
Histoires

Commentaires

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License