Bragi

Bragi est le nom donné au Demi-Dieu de la Poésie.
Demi-Dieu, nommons-le ainsi, car Bragi fut à la fois Homme et Ase ! Sans bien que l’on sache dans quel ordre d’ailleurs… mais voilà ce qui est dit dans les Eddas quand il fut homme.
Il était un Scalde incroyable, père de la poésie à qui il donna son titre, donc Scaldique. On le présente ici comme un Norvégien du IX Siècle, fameux narrateur, conteur et scribe. C’est d’ailleurs sans doute son art sans pareil qui le fit introniser comme Dieu par ses pairs et patron de tous les Scaldes. Il laissa d’ailleurs une Saga, la Ragnarsdrapa, inspirée par l’offrande du Roi Ragnar, un bouclier peint de scènes antiques… une Saga qui si elle a existé fut en possession de Snorri Sturluson, l’autre fameux Scalde !
A propos de sa nature humaine voici ce qu’en dit Vidar lors de la Lokasenna :

A vous les Dieux ! A vous les Déesses !
A vous les nobles puissances !
A vous les Divinités, vous tous assis ici,
Hormis Bragi sur son banc !

Que Bragi soit le narrateur des Sagas ou que les Sagas aient été inspirés par son art Scaldique, toujours est-il que Bragi est un Ase, Dieu de la Poésie, dont la racine « Bragr » renvoie à l’un de ces surnoms, « Le Premier Versificateur ». Sage et éloquent, il eut pour épouse la belle et raffinée Idunn, gardienne du secret de l’immortalité.
Il narre souvent aux banquets les aventures des Dieux comme on peut le voir avec Aegir dans les Eddas et dans le récit des Skladskaparmal. Il parvint même à déclencher par ses réparties la colère de Loki (Cf. Lokasenna).
Si on le connaît également par les noms de « Fils d’Odin » ou « Dieu à la barbe oblique », on le trouve également plus humainement sous les traits de Bragi Boddason en référence au récipient ayant recueillis le sang de Kvasir et donc le breuvage de poésie. Un Breuvage dont on n'oubliait jamais de faire honneur en levant haut les coupes d’Hydromel lors des festivités ou des cérémonies (Cf. Bragarfull).
D’ailleurs un passage de la Völuspà évoque peut-être la demeure qui est la sienne et qui se révèlerait alors être Brimir, même si cela reste confus :

Là, au Nordri, dans les sombres plaines de Nitha,
Il y a la demeure des aïeux de Sindri, le maître de l’or forgé ;
Celle où fut dressé le banquet de Bragi, près d’Okolnir,
Non loin de Brimir, là où est brassé le breuvage des Scaldes.

bragi.jpg

Homme, Dieu ou Demi-Dieu, Bragi restera toujours comme une grande inspiration pour les Scaldes car on dit qu’il distille le breuvage de Kvasir, jouant de la harpe et tirant la langue entièrement couverte de Runes tatouées ! Un bouffon au secret inspirant les plus belles légendes…


Hof

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License