Bructères

Les Bructères parmi « Les Trente » :

Si depuis leur départ du « Mont aux Loups », bien des Clans de la « Ligue des Trente » s’égarèrent, conquirent, se développèrent, s’unirent, se trahirent ou firent fausse route sur le chemin du Destin, les Bructères n’en empruntèrent que les sentes. Plus fatalistes qu’indécis, ils préférèrent le choix du Destin seul aux leurs… ils semblent que pour une grande partie de ce peuple, ce choix originel fut pour le moins peu judicieux et plutôt dément !


Les Bructères

(Les Fous Rhénans)


Les Bructères formèrent chez les Germains l’un des peuples les plus curieux et s’ils ne marquèrent pas notablement l’Histoire, ils s’en démarquèrent par quelques faits étonnants. De plus leurs Clans semblent avoir été des toutes premières origines.
D’abord le pays des Bructères qui n’en était pas un car constitué sans doute plus d’un maillage de territoires que d’un royaume stable s’étendait plus ou moins autour des rives du Rhin… Ainsi on les trouve disséminés entre l’Ems, la Lippe et le Weser. Ils semblent qu’ils aient vécu sur les fondations de ce qui deviendrait Hanovre et dans la région de Westphalie sans avoir de frontières stables. D’ailleurs après la déroute de l’An 77 CE, il semble que leur pays ait été conquis rapidement par les Chamaves et les Angrivariens, les Bructères ne vivant plus qu’en petits clans disparates.

Les rares coutumes Bructères auxquelles on puisse apporter crédit sont leur culte guerrier et celui des Prophétesses auxquels ils se rapportaient pour leurs décisions. Ce qui d’ailleurs ne fut pas sans conséquences quant à l’origine de leurs actes désordonnés et semblant mues par quelques folies ! (Voir ci-dessous : « La Prophétie de Velléda »)
Dans tout les cas on voit que ce peuple et les Clans le composant étaient tout de même très proches de la tradition originelle des Germains même si sa relative anarchie l’aura mis en difficulté très tôt…

Chroniques Bructères

-50 ? : Les légions de César se mesurent aux Bructères qui apparaissent ainsi dans l’Histoire lors de la Guerre des Gaules.
-12 : Résistent avec d’autres peuples Germains aux campagnes de Drusus.
-13 : Résistent avec les Chérusques et les Chattes à la conquête du Général Romain Varus.
16 : Les Bructères dévastent leur pays par le feu, fuyant les légions vengeresses de Germanicus !
56/57 : Campagne Romaine contre les Bructères en particulier.
70 : S’allient aux Bataves sous la conduite du chef de ces derniers, Civilis.
77/78 : S’éparpillent en clans disparates après leur défaite cinglante contre Rutilius Gallicus.
80 ? : Un Roi est imposé par Rome aux Bructères pour les maîtriser et les fédérés contre l’avancée des autres peuples Germains… en vain.
250 : Les Bructères sont à partir de cette date confondus avec les Francs.

Clan guerrier sans de doutes possibles, on ne sait en définitive que peu sur les Bructères si ce n’est justement leurs qualités guerrières.
Sans grand fait d’armes ni ambitions particulières, il semble que ce peuple était voué à lui-même, participant tout de même sporadiquement aux résistances Germaines contre Rome comme l’épisode contre Drusus. Toutefois ce fait d’armes demeure sans aucunes traces si ce n’est que ce Général Romain fit avancer son armée par voie d’eaux navigables et qu’il parvint à vaincre les Bructères sur le cours d’eau « Amasias » dans une grande bataille navale…
Enfin sans doute que leurs décisions de combat leur donna une réputation de stratèges désordonnés et chaotiques, leur politique de « terre brûlée » quand ils étaient envahis s’apparentant elle plutôt à la démence !

La Prophétie de Velléda


Comme on l’a vu ce Clan vouait un culte particulier aux femmes et aux prophétesses, du moins si la célèbre Velléda, une Prophétesse donc, en fut bien issue. En effet elle est évoquée lors de la révolte de Civilis le Batave pour avoir été la Reine des Bructères les menant à la guerre leur confiant ainsi ses bons augures ! On ne sait si cette Velléda (ou Welleda) ne fut pas Celte ou du moins reprise à leur gloire.
Toujours est-il qu’elle se rapproche étrangement des Völvas, les fameuses Prophétesses tant recherchées et appréciées à Rome. Résidant apparemment dans une tour et n’apparaissant que rarement à la vue de tous, elle aurait été à l’origine du plus haut fait d’armes Bructères. Toutefois, capturée par Céréalis peu après la reddition de Civilis elle fut envoyée à Rome pour renforcer la gloire de l’Empereur Vespasien

Toujours est-il que cette légende en alimenta bien d’autres à propos des croyances Bructères semblant s’en remettre aux seuls signes et prophéties du Destin, probablement vouant un culte originel important aux Nornes et comme on l’a vu aux Völvas. Leurs actes apparaissant comme chaotique devant certainement beaucoup aux décisions ainsi prises sous le seul bon vouloir des Dieux antiques.
Brûlèrent-ils leurs terres comme en l’An 16 par quelques prophéties prisent au sérieux ? Se mirent-ils en guerre sous le seul désir de leur Reine-Prophétesse ? Et se déchirèrent-ils enfin par le seul fruit d’un tel Oracle même s’il était fou…

L’Oracle du Feu et du Fer


Si les Bructères semblent avoir vécu assez anonymement pendant quelques temps, leurs alliances avec d’autres peuples Germains contre Rome eut pour conséquences de leur attirer les foudres de Germanicus. Toutefois, leur folie parfois évoqué ou leur décision mystique leur firent bruler leurs propres terres… une prophétie par le feu ! Ensuite ils n’arrivèrent jamais vraisemblablement à reconquérir leur unité ou leurs terres ne demeurant qu’en Clans disparates jusqu’à rejoindre la grande coalition du peuple Francs… (certains mêmes alors capturés sous le règne de l’Empereur Constantin devenant Gladiateurs à Rome !)
Mais avant cela, le pire arriva et nul n’en sait les causes ni si de nouveau une malédiction les frappa après avoir suivi un nouvel oracle !

Dans les Annales Tacite indique ainsi que les Bructères ne semblent n’avoir connu que des luttes intestines et fratricides jusqu’à ce qu’ils s’anéantissent entre eux ! Il évoque même leur massacre final sans qu’on sache s’il est provoqué par Rome ou qu’il leur soit personnel. Quoi qu’il en soit cette « Prophétie par le Fer » vit 60 000 d’entre-eux s’entre-tuer et périr !

Bructères, les fous du Destin ?


On ne saura donc jamais si ces Guerriers farouches ne prêtaient leurs épées qu’aux seules facéties du Destin ou s’ils suivaient une véritable philosophie de vie. Ne parvenant pas s’unir au sein d’un royaume, préférant les prophéties (à tort ou à raison) d’une Reine au lieu de s’en remettre à des Assemblées et finissant même par s’entre-tuer dans de troubles conditions, l’Histoire ne pouvait les retenir que comme des « fous » pour le moins.
Mes ces « Fous du Rhin » l’étaient-ils vraiment ?
Il y a de toute façon toujours une folie dans le fait de ne s’en remettre qu’à son Destin quand on le sait inéluctable… mais peut-être n’est-ce là que de la lucidité !

Les Trente
Peuples

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License