Chauques

Les Chauques parmi Les Trente :

Si les Clans de la « Ligue des Trente » choisirent chacun leur Destin, les Chauques eux décidèrent d’aller à sa quête… par les fleuves.
Dés lors préférant préserver leurs eaux sacrées ils se seront comme dilués dans l’Histoire. Pourtant ils incarnèrent avec bien moins de caricatures les valeurs des Germains en ayant des valeurs et des vertus profondes et sages. En cela ils étaient présentés comme les plus « Nobles » des Frères… mais les Annales du temps ne retient bien souvent que les périodes les plus tumultueuses.


Les Chauques

(Les Marins des Limes)


Les Chauques (Chauci en Latin) sont un peuple de Germains venus des régions côtières du Nord de l’Europe. On peut penser que leurs origines ne les auront pas fait migrer de très loin car ces marins fréquentaient certainement déjà les côtes du continent. Ils font partie des Germains du Rhin et sont semblables à leurs voisins sur bien des points.
Ce peuple fort intéressant et complexe reste cependant difficile à appréhender tant on la présenté de bien différentes manières chez les historiens Romains.
Toutefois selon Tacite le territoire Chauques fut l’un des plus vastes au 1er Siècle CE depuis une large bande côtières au côté des Frisons et jusqu’au Nord des terres Chattes et Chérusques. Mais on peut également y ajouter l’espace maritime et surtout les voies marchandes fluviales, principalement l'Ems, dont ils auront été les maîtres pendant un certain temps après le départ des Ampsivariens. D’ailleurs si ces derniers ne maîtrisèrent vraiment jamais ce fleuve, les Chauques eux en furent les seuls maîtres et sur bien d’autres encore depuis le Weser jusqu’à l’Elbe.

On apprend toujours par Tacite que ce peuple est le plus noble des Germains.
Mais cette noblesse n’était pas celle d’une caste mais incarnée dans leurs valeurs de justice, leurs coutumes et règles codifiées de vie. Cette noblesse n’est donc pas de sang ou de guerre comme à pu le surenchérir à son tour Pline l’Ancien (quoi qu’il eu à les combattre lui-même, cherchant peut-être ainsi à les anoblir un peu trop rapidement…).
Les Chauques ne cherchent point querelles, s’occupent de leurs affaires et ne franchissent pas leurs frontières pour aller aux conquêtes. Mais même s’ils ne sont pas belliqueux, ils auront néanmoins formé une armée forte et bien équipée, toujours prête, donc entraînée. De plus les chevaux ne leur sont pas étrangers et ils disposent de cavalerie. C’est pour cela que cet esprit d’ordre, de justice, de lois et de discipline les présente souvent comme les plus sages et civilisés des Germains…

Mais c’est leur esprit marin qui les caractérise.
Structurée, ordonnée et encadrée, leur flotte fluviale qu’elle soit marchande ou défensive fut reconnue de tous. Maîtres des côtes et des fleuves, on les a souvent présentés comme pirates… pour les discréditer. Non qu’ils n’aient pas fait œuvre d’actes de pirateries ou de rapines mais plus vraisemblablement par quelques troupes isolées et violentes. En fait leur réputation vient de leurs représailles aux attaques subies sur leur territoire.

Chroniques Chauques

-12 : Nero Claudius Drusus échoue, malgré ses troupes Bataves et Frisonnes, contre les Chauques sur les eaux de l’Ems puis de l’Océan.
9 : Participent, mais sans doute en petit nombre, à la révolte d’Arminius contre Varus.
41 : Participent au soulèvement des Frisons sous le règne de Caligula.
La même année les Chauques se soulèvent à leur tour contre le gouverneur Publius Gabinius Secundus qui les repoussent et reçoit le nom de « Chaucius ».
47 : Les Chauques subissent les attaques du Consul Gnaeus Domitius Corbulo, où se trouve le jeune chevalier Pline l’Ancien, qui les repousse. A leur tour ils feront acte de piraterie menés par leur chef Gannascus.
58 : Les Chauques attaquent ou repoussent les Ampsivariens sur l’Ems.
69/70 : Participent à la révolte du Batave Civilis.
174 : Les Chauques attaquent la Gaule par une offensive maritime.
175 : Le Consul Didius Julianus repousse les assauts des Chauques venus depuis la mer du Nord.
288 : Les Chauques s’allient aux Frisons pour repousser Carausius envoyé par Rome (ce dernier battant retraite pour se faire proclamer Empereur par ses légions en Grande-Bretagne !)

On ne sait ainsi pas exactement quand débuta réellement l’expansion en Germanie des Chauques même s’il semble qu’elle est débutée au même moment que celle des Chérusques, des Chattes ou des Ubiens entre-autre. L’Histoire de ce peuple reste morcelée et entrecoupée d’actes de guerres, de rapines ou de raids plus que de grands faits. Toutefois harcelant sans cesse les troupes Romaines on peut imaginer que leurs embuscades navales et leurs épiques batailles fluviales auraient pu emplir beaucoup d’Annales…

Les Maîtres des Fleuves

  • La prophétie Chauques

Par ce titre évocateur, c’est ici l’épisode de l’avancée de la première campagne de Nero Claudius Drusus dont peut ainsi relater le fait.
En effet, avant sa rencontre avec les Chattes, Drusus connaîtra de larges victoires sur les Germains (Bataves ou Frisons) et percera la Germanie jusqu’au Nord… du moins avant de pénétrer par l’Ems le territoire Chauques. Pour ce faire le Général selon les Annales fit mettre à l’eau une flotte de 1000 navires pour remonter le fleuve afin de le conquérir jusqu’au Nord !
Il est dit alors qu’il fit naufrage à cause de la méconnaissance de ses hommes des marées et bancs de sable… on peut malgré tout penser que les Chauques livrèrent assez d’embuscades et d’anicroches pour désorganiser les matelots Romains. Malheureusement les Frisons (qui deviendraient malgré tout les plus fidèles alliés des Chauques) dégagèrent Drusus qui battit en retraite.

Mais là où les Chauques menacèrent Drusus, ce dernier aurait de nouveau à battre plus loin encore en retrait quand les Chattes, eux, mirent ces mêmes menaces à exécution !

  • Chaucius

On sait peu de Publius Gabinius Secundus si ce n’est que pour avoir repoussé et vaincu les incursions Chauques il lui fut permis de prendre le nom de « Chaucius ». On peut dés lors penser qu’il infligea une grande défaite aux Chauques, sans qu’on en sache davantage ni dans quelles circonstances exactes…

  • Les raids pirates

Le mot de pirate semble parfaitement galvaudé pour parler des marins Chauques. On peut sans doute y voir un amalgame possible avec leurs amis et voisins Frisons.
Eux qui plaçaient la justice comme valeur ne devaient que rarement s’abaisser à de telles rapines. Mais les Romains les nommèrent pirates pour les deux conflits les ayant fait affrontés depuis la mer le Consul Gnaeus Domitius Corbulo puis plus tard le Consul Didius Julianus.
Le premier fut leur pire ennemi !
Ce général Corbulo le repoussa nombre de fois et avait même préparé leur extermination complète (ainsi que celle des Frisons pourtant sous protectorat Romain !). On ne du cette basse œuvre d’être évitée que par l’Empereur Claude qui s’y refusera (peut-être pour épargner les Frisons alors sous Foedus ?) ! De cet affrontement on ne sait guère plus, l’autobiographie de ce Corbulo ayant été perdu malgré le fait que Pline l’Ancien l’accompagna pendant cette campagne…

Quant à Didius Julianus, ce futur Empereur Romain, parvint à repousser une grande offensive Chauques depuis la Mer du Nord jusqu’au pays des Bataves et ceci avec des forces désorganisées et faibles en nombre même s’il eut quelques renforts de mercenaires locaux ! On n’en sait guère plus mais les Chauques semblent avoir été forcés de partir et se réfugier jusqu’aux rives Est du Rhin…

  • Carausius le fou

L’épisode Carausius est assez amusant pour un fait d’arme raté !
Cet être étrange du nom complet de Marcus Aurelius Valerius fut chargé par l’Empereur Maximien d’aller reprendre les mers côtières de la Gaule nord atlantique. Apparemment outre des Saxons, il y rencontra les Chauques, marins redoutables, auxquels il ne livra point combat, s’alliant même un temps avec eux et poursuivant jusqu’en Grande Bretagne où il s’autoproclamera Empereur !
Ainsi, faute de livrer bataille et en sus de trahir Rome, il laissa toute liberté aux Chauques et aux Frisons de tenir les mers !

Les vigies des Limes fluviales


Alors qui étaient ces marins infatigables naviguant sur tous les grands fleuves de Germanie ?
On dit des Chauques qu’ils étaient des pirates mais on reconnaît leurs dégoûts des voleurs et des brigands ! On les dit pillards mais nobles !
On les dit pêcheurs paisibles mais éleveurs de chevaux ! On les dit intéressés que par leurs fleuves sacrés mais des marchands affables et civilisés !

En fait les Chauques sont tout à la fois…
Voyageurs de la Route de l’Ambre, ils transportaient marchandises et denrées au travers les fleuves de la Germanie. Mais qui d’autres pour assurer la protection de leurs cargaisons que de les défendre eux-mêmes ! Guerriers des fleuves et de leurs rives, leur maîtrise des eaux et leur discipline guerrière leur permirent un essor important.
Aussi discret et épisodique que leurs assauts, l’histoire Chauques reste donc confuse et rapportées par bribes mais si les fleuves représentaient des Limes naturelles, ils en furent assurément les meilleures vigies.
Hélas il ne reste que l’imagination pour recréer leurs « livres de bord » et voisins des Frisons, l’Histoire finit par les oublier au profit de ces derniers, leurs légendaires épopées de Pirates demeurant préférées sans doute à la sagesse Chauques bien moins spectaculaire…


Les Trente
Peuples

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License