Gefjon

Gefjon (ou Gefion et encore Gefjun), « Celle qui Donne », est présentée comme la quatrième des Asynes dans le Hof. Elle est une vierge et elle accueille en son royaume les seules femmes mortes vierges comme Dame de compagnie.
Elle est donc louée comme la Déesse des Dons, surtout ceux de la terre et de la nature, de la fécondité et son culte est attestée comme l’un ayant survécu presque jusqu’à nous…

gefion.jpg

Mais on la connaît surtout pour la légende de sa rencontre avec le Roi Gylfi. Une rencontre d’ailleurs souvent nimbée de mystères où le mythe en a tantôt fait une relation érotique ou même d’échange de services sexuels confondant Gefjon avec une prostituée… mais selon toute vraisemblance, étant démontré qu’elle est vierge, il est plus probable que cela fut une rencontre platonique, peut-être même spirituel.
Toujours est-il que l’apparence de mendiante et de vagabonde de la déesse du attendrir le Roi car il lui accorda le droit de posséder autant de terres de son royaume qu’elle pourrait labourer avec quatre bœufs durant un jour et une nuit ! Bien sûr elle était une Asyne puissante et elle alla trouver ses fils, des bœufs, qu’elle avait conçu avec un Géant à Jotunheim.
Là encore on pourrait penser qu’elle n’est plus vierge mais le fait de concevoir n’implique dans le Hof pas forcément de relation sexuelle mais parfois magique…

Attelés à une charrue, ses fils creusèrent si profondément et vastement qu’ils en détachèrent une partie du royaume de Gylfi !
Le tirant à l’Ouest jusqu’à l’estuaire de la mer, leur mère lui donna alors le nom de Seelande. Le nom, lui, donné au trou béant que les bœufs avaient arraché et qui se remplit d’eau fut le Lac Mälar comme on l’appelle en Suède ! Les deux terres sont reconnaissables d’ailleurs au fait qu’elles contiennent les mêmes baies dit-on…
… il reste à propos de cette légende l’écrit du Scalde Bragi une ode non moins mystérieuse retranscrit dans les Eddas :

Gefjon, toute joyeuse,
A Gylfi arracha le joyau des domaines ancestraux,
L’accroissement du Danemark,
Si bien que fumèrent les bêtes de trait.

Huit astres du front, ils présentaient,
Les bœufs, et quatre têtes,
Quand ils marchèrent devant le vaste butin
De l’île aux prairies.

Ce mythe tardif, et parfois controversé, n’en reste pas moins l’explication légendaire de l’extension du Danemark au détriment de la Suède ! (Pourrait-on également penser que le Groenland est pu y être parfois assimilé plus qu’une simple île ?)


Hof

Copenhagen_statue_of_Gefion.jpg
Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License