Gleipnir

Gleipnir, « Celui qui Enlace », est le célèbre lien retenant captif le terrible Loup Fenrir.

fenrir02.jpg

Parce qu'il devait provoquer leur perte, les Ases avaient décidé d'enchaîner le loup géant Fenrir. Ils tentèrent d'abors avec deux chaînes extremement solides, Loeding et Dromi, que l'animal brisa facilement. Les Ases envoyèrent alors Skirnir à Svartalfaheim pour demander aux Nains de fabriquer un lien magique. Les Nains utilisèrent comme ingrédients le bruit des pas de chats, la barbe des femmes, les racines des montagne, les tendons des ours, le souffle des poissons et la salive des oiseaux, et obtinrent un lien ayant l'aspect d'un fin ruban de soie, mais parfaitement indestructible. Snorri Sturluson en donne pour preuve par exemple, que les chats ne font pas de bruit en marchant, que les femmes n'ont pas de barbe et les montagnes pas de racines.

Cependant, lorsque les Ases mirent Fenrir au défi de déchirer ce lien, le loup flaira un piège, et exigea que l'un des dieux place sa main dans sa gueule, en gage de bonne foi. Seul Tyr eut ce courage. Une fois attaché, plus le loup fit d'efforts pour se libérer, plus le lien se durcit. Comprenant qu'il avait été berné, il arracha la main de Tyr.
Puis les Ases se saisirent du cordon de Gleipnir, Gelgia, l’attachèrent à une pierre, Gioll, puis le fixèrent sous terre avec le rocher Thviti.
C'est ainsi que Fenrir fut enchaîné et abandonné sur l’îlot Lyngvi. Les prophéties anoncent toutefois qu'à la fin des temps il finira par se libérer pour participer au Ragnarök
On trouve d’ailleurs dans la Völuspà à la strophe 43 une allusion à ce lien même si on y décrit la bête Garm en place du Loup :

Mais voici que j'entends la bête aboyer de rage,
Là-bas, dans les profondeurs infernales,
La chaîne se rompra et le libérera,
Je vois maintes choses alors, bien loin dans le Destin :
Je vois venir le jugement des Ases qui les châtiera.


Artefacts du Hof

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License