Graver les Runes

Nous abordons ici un domaine prégnant du Futhark. Si nous avons parlé de la sagesse des Runes, de leur langage sacré et même de leur contexte mythologique et magique, les graver demeure là leur caractère originel. En effet, les Runes ne peuvent être incarnées sans un "support" pour les dépeindre dans notre réalité !

Ainsi ce "support" doit lui-même être symbolique et sacré (ce qui est d'ailleurs à la base de la mystérieuse Rune Blanche). Il ne faut jamais omettre que tracer de tels signes met en œuvre des forces anciennes, secrètes, puissantes et chargées de sens.

Matières les plus usitées pour graver les Runes :

roksten02.jpg
  • Pierre (Galets, rochers ou murs)

Les galets ovales, polis par la mer et peu épais sont idéals pour y graver les Runes. De plus, balayés par les vents, sculptés par les eaux et en contact avec le sable ou la terre, ils sont d'autant plus précieux. Les rochers marqués de Runes servent, eux, à délimiter le plus souvent les croisements telluriques ou encore de remémorer des sagas ou légendes passées.
Enfin, les Runes peintes sur les murs ont une vocation protectrice ou bienveillante pour ce qu'ils renferment. Elles sont aussi signe de prudence ou de malédiction pour qui fouleraient les lieux saints qu'elles préservent…

  • Bois (Arbres, charpentes, boucliers, objets, etc…)

Le bois est certainement la matière la plus proche des Runes. Simple à trouver, facilement sculptable, il est facile à travailler et mytiquement lié au Haut-Arbre Yggdrasill.

Essences de bois sacrées pour fabriquer les Runes :

Le frêne L'If L'Hêtre Le Chêne

Les autres essences ne sont pas interdites ni attestées mais peut-être moins noble pour "charger" les Runes. Par malheur le bois étant périssable, la plupart des reliques anciennes n'existent plus, le temps et l'humidité ayant fait leur œuvre.
Enfin, que ce soit sous forme de baguettes ou de petits cercles de bois, ce support est le plus favorable aux Runes et à leur utilisation si on se base sur les écrits antiques.

1157079.jpg
  • Métal et autres matières

On trouve encore de nos jours des reliques attestant de ces moyens de gravure.
Les Runes gravées dans le métal l'étaient surtout pour enchanter les épées, marteaux de guerre, lances ou arcs. Les coffres ou boucles de ceintures, voire les fers à chevaux ou les outils agricoles n'en étaient pas dépourvus non plus par ailleurs.
Le parchemin et le cuir ont pu être utilisés également mais leurs techniques de préparation restent obscures. L'os fut utilisé sans qu'on sache s'il l'était par commodité ou par rituel spécifique.
Enfin le tatouage ait attesté par les légendes nordiques que ce soit sur des chevaux, la langue de Bragi par exemple, Odin, Loki et même certains Alfes, Nains ou Géants… ce qui induit tacitement que les Scaldes ou autres adorateurs de divinités ont pu s'adonner à cette pratique.

Conclusion


Cette brève présentation des supports capables de servir de réceptacle aux Runes n'est pas exhaustive mais il est indéniable qu'ils sont là les plus répandus aux temps antiques.
L'important est simplement de comprendre que tracer les Runes ait un acte profond. Nul n'osait aux temps où elles étaient respectées les graver les sans en connaître le sens ou à de mauvais desseins. Les peindre ou les tracer sont des actes de foi ou pour le moins de mémoire. Il est toujours important de garder cela à l'esprit.

Retour index Les Runes (L'Or des Germains)

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License