Harpies

Les Harpies, s’écrivant également « Harpyes », (Ἅρπυιαι ou Hárpuiai en Grec Antique), sont des créatures démoniaques, effrayants rapaces à têtes monstrueuses de femmes dévorant tout sur leur passage, surtout les morts.

Pourtant ce mythe de charognards les accompagnants n’est peut-être pas tout à fait aussi réel.
Certes la traduction de leur nom qui implique le pillage et le vol (dans les airs) ou de leur description en faisant des sortes de démons grotesque à corps de vautours ne plaident pas pour elles.
Ainsi on leur donne beaucoup de visages, tantôt comme on l’a vu des oiseaux aux têtes de femmes, d’autres fois des fillettes aux rires mielleux mais aux serres tranchantes mais encore également des êtres aux traits de belles jeunes femmes au corps pourvus de grandes ailes ! Qui croire d’Hésiode, d’Homère ou de Virgile les décrivant ? Etaient-elles des êtres à la beauté féminine surnaturelle ou de vils gargouilles ou succubes au corps putréfié, au visage de terreur, semant la mort putride et leurs excréments pestilentiels ? Et quand leur mythe passa de l’un à l’autre de ces états ?

harpies.jpg

Sans s’avancer à quelques hypothèses, elles ont de toute manière à voir avec les Vents les plus rapides et les plus envoûtants, chauds et étouffants, ceux qui rendent fous les malheureux quand ils soufflent leur fureur. Voleuses d’enfants, dévoreurs de cadavres qu’elles livrent aux enfers, elles semblent à voir avec la Mort.
Leurs origines en font les rejetons de la créature divine Thaumas et de la Nymphe Electre, ce qui dénote de leurs apparences les plus maléfiques. On ne connaît pas leur nombre mais elles semblent avoir été nombreuses dans leur représentation tardive alors qu’on en dénombrait seulement trois à leur genèse :


La signification de leur nom a là encore à voir avec les Vents.
On ne connaît pas vraiment leur rôle si ce n’est qu’elles pourvoient les Enfers de leurs victimes et sont appelées comme vengeresses par les Dieux qui les utilisent plutôt que de les chasser. D’ailleurs elles semblent presque incontrôlables dans leur fureur et quasiment invincibles.

Dans une vision Evhémériste, il semble entendu qu’elles sont une métaphore des Tempêtes, des épidémies ou des fléaux les plus destructeurs telles les sécheresses et tout ce qui ne laisse que désolation.

230859~Harpies-Illustration-from-The-Divine-Comedy-by-Dante-Alighieri-Paris-Published-1885-Posters.jpg

Syncrétisme

Enfin on les rapproche par syncrétisme des Furies, des Stryges, Érinyes ou Euménides de la mythologie Romaine. Peut-être seraient-elles également une autre vision des trois Parques ou Moires… et cousines des Nornes du Hof Germain.
Dans ce dernier mythe on ne peut s’empêcher de les rapprocher des Valkyries ou plutôt des Valkyrjas dans leur forme la plus démoniaque. On retrouve en effet dans ces dernières ce rapport aux Vents, aux Tempêtes quand elles sont menées par Odin dans leur Chasse Sauvage… d’ailleurs les Harpies étaient appelées les « Chiennes de Zeus ». Enfin les Valkyries aussi sont tantôt des démons monstrueux et bestiaux, d’autres fois de ravissantes créatures féminines aux charmes envoûtants !


Terres Grecs

Source image de l'article : Image 1 Image 2 Image 3

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License