Hérules

Les Hérules parmi Les Trente :

Nombres des Clans de la « Ligue » auront eu pour Destin, heureux ou tragique, nombres de régions du monde pour le découvrir. Forêts, landes, montagnes ou fleuves, aucun endroit en Germanie ne leur échappa… les Hérules, eux éprouvèrent leur destinée au-delà des Limes et sur les flots, ceux de la Mer Noire et du Danube s’y jetant. Sans doute auront-ils poussés toujours trop loin les limites de ces frontières jusqu’à s’y perdre… mais leurs esprits explorateurs et aventuriers demeurent depuis dans les légendes des marins de toutes les mers.


Attention le terme "Corsaires" n'est là que pour "imager" le mode de vie des : « Marins Hérules »


Les Hérules

(Les Corsaires de la Mer Noire)


Les Hérules sont de ces peuples Germains demeurés méconnus si ce n’est par quelques campagnes guerrières.
Toutefois d’abord celles des Hérules sont parfois notables et pour ce qui concerne leur présence aux premiers siècles particulièrement intéressantes. Leur puissance semble avoir été sous-estimé et ils auront marqué l’Histoire Germanique au moins pour leur conquête de la Mer Noire, limites extrêmes de la Germanie Antique.
Issues de Scandinavie et appartenant aux Germains Orientaux, ils migrèrent de concert avec les Burgondes, Gépides, Vandales et notamment les Goths confondant même leur propre histoire aux premiers temps avec ces derniers.

Le Royaume Hérules aura été très différent selon les siècles. Toutefois les territoires du Danube, de l’actuel Autriche et du Nord de l’Allemagne auront connus leur domination. Mais c’est sur les rives de la Mer Noire que leur influence sera longtemps la plus forte.

Chroniques Hérules

268/269 : Les Hérules « naissent » aux yeux de Rome dans la coalition Germanique contre Claude II le Gothique sur le Danube.
Fin IIIème Siècle : Alliance avec les Lombards.
IVème Siècle : Participent aux « Grandes Invasions » dites « Barbares ».
400/407 : Participent aux raids « Pirates » aux côtés des Frisons et Saxons.
456 : Etablissement de Clans « Pirates » en Galice (Espagne) pour un temps.
476 : Les Hérules de Galice servent aux côtés des Ostrogoths.

La même année les Skires sous le règne d’Odoacre (un Hérules) s’allient pour conquérir Rome et surtout la piller, date à laquelle d’ailleurs l’Histoire donne comme la chute de l’Empire Romain.

510 : Les Hérules sous le règne du Roi Rodulf sont défaits par leurs anciens alliés les Lombards et migrent au Nord d’où on perd leurs traces.
533/534 : Des Hérules sont engagés par Byzance pour aller combattre les Vandales en Afrique et les Ostrogoths en Italie.
550 : A partir de cette date, on note la présence hétéroclite d’Hérules servant d’autres peuples Germains mais ils cesseront d’exister en tant que tel et fusionneront, au Nord avec les Frisons, Saxons et Scandinaves et au Sud avec les Lombards et Ostrogoths.

Comme on l’a vu les Hérules seront restés comme un peuple mineur mais pourtant ils furent tacitement longtemps craints par beaucoup.
Considérés comme des sauvages et redoutables « Barbares », on en a fait longtemps des bandes de pillards et des mercenaires servant des chefs de guerres occasionnels. La réputation de peuple mineur et indiscipliné doit sans doute beaucoup à leurs esprits de conquêtes, d’aventures et d’épopées incessantes.
Les Hérules semblent avoir par-dessus tout aimé leur liberté et l’action, délaissant sans doute là leur motivation de s’établir durablement en un royaume commun. Ainsi on trouve des Hérules en Atlantique sur les côtes de la Galice mais aussi sur les mers du Nord, Frisonnes et Saxonnes. Le Danube sera longtemps leur terrain de chasse mais c’est en écumeur de la Mer Noire qu’ils seront le plus craints par les peuples de cette région.

Les Corsaires de la Mer Noire


Leur choix de vie est donc proche de ce que seront les « Corsaires » offrant leurs maîtrises de la navigation et leurs armes à leurs alliés Germains et aux chefs de guerre qu’ils reconnaîtront de valeur. Les Goths auront eu longtemps leurs faveurs et nul doute que ces derniers s’appuyèrent sur leurs talents maritimes et leurs renforts pour leurs campagnes. Leur plus grand fait de gloire aura été certainement la prise de Rome avec un ancien des leurs, le Roi Odoacre (Cf.).

Enfin, même si on ignore tout de leurs navires de guerre et de leurs exploits sur les mers, on peut imaginer néanmoins qu’ils furent épiques et glorieux pour gagner le respect d’autres écumeurs des mers que furent les « Pirates » Frisons les accueillants à leurs côtés… Et réfractaires à l’ordre ils auront longtemps résisté à toute conversion monothéiste n’oubliant jamais leurs origines du Nord, le Nord qu’ils rejoindront comme on l’a vu.

Ne demeure plus donc que l’imagination pour relater leurs maîtrises des eaux de la Mer Noire…


Les Trente
Peuples

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License