"Les Trente"

Retour index : Peuples


A l’aube de la Ligue des Trente…


Extrait d'une nouvelle inédite (Par Val des Hurles-Vents)
Articles Romancés
article_669482.jpg

Pourquoi les « Trente » ou La Ligue des Trente ?
Pourquoi pas moins ou plus ? En fait cette expression est complètement arbitraire car elle est liée aux sources incomplètes et fragmentaires à propos des peuples Germains. Les Germains n’étaient pas composés de « génotypes » caractéristiques ou dits « purs ». Ces thèses n’ont aucun sens car les Germains se formèrent au travers des siècles entres migrants, autochtones, Celtes, Slaves ou Scandinaves entre-autres.
Malgré même certaines coutumes semblables et une culture des Runes commune, les différences entre les peuples ou communautés de Germains étaient grandes, physiques ou sociétales. D’ailleurs beaucoup de clans et de « petits » peuples se perdirent dans l’Histoire en étant regroupés dans les grandes « nations » Germaines (Francs, Alamans, Goths, Anglo-Saxons, Suèves ou Thuringes). De plus l’imprécision des mémoires des voyageurs et historiens d’alors et le temps aura œuvré à beaucoup de confusion.

Ainsi donc à partir de ce postulat, liberté à été prise d’extrapoler (néanmoins avec rigueur) et d’isoler une période et un contexte.
La période choisie est celle la plus proche des premiers peuples Germains couvrant une amplitude du 1er Siècle BCE au IIIème Siècle CE avant les grandes migrations. Cet « âge d’Or » imaginaire est assez Antique pour s’intéresser aux peuples les plus proches de la culture Germanique et assez étendue pour qu’on en ait eu des traces historiques écrites…
Enfin le contexte est celui du « cœur » de la Germanie naissante et donc la plus palpitante car encore la plus proche des « Clans » antiques conquérants. Mais cette période est également celle des luttes de territoires, des alliances, des inimitiés, du développement de la Route de l’Ambre, des premiers Limes et du combat contre l’Empire Romain. En outre c’est au sein de la Forêt Hercynienne, des frontières du Rhin et du Danube, les contours de la Germanie dans sa période la plus définie et cohérente avant qu’elle ne disparaisse par les guerres intestines, les conquêtes et replis Romains, les grandes migrations dites « Barbares » et l’envahisseur Huns…

Les « Trente » sont ainsi les peuple Antiques ayant traversés cet « Age d’Or » de la Germanie et qui symbolisent ou représentent au mieux cette dernière par leurs actes ou par leur présence ayant laissés une trace dans l'Histoire, réelle, légendaire, symbolique ou imaginaire. Chacun d’eux sera présenté selon cette idée.

Tongres : « Les Premiers Frères »
Cimbres : « Les Seigneurs Cimmériens »
Teutons : « Les Chevaliers de Sigrdrifa »
Ubiens : « Les Traîtres du Foedus Germains »
Ampsivariens : « Les Indécis du Destin »
Chauques : « Les Marins des Limes »
Estes : « Les Faiseurs d'Or Rouge »
Foses : « Les Egarés de la Germanie »
Bructères : « Les Fous Rhénans »
Tenctères : « Les Centaures du Rhin »
Tubantes : « Les Loups Barbares »
Gépides : « Le peuple aux milles Légions »
Hermundures : « Les Aïeux Alamans »
Sicambres : « Les Ancêtres Francs »
Suèves : « Les Anciens Frères »
Thuringes : « La dernière Nation »
Hérules : « Les Corsaires de la Mer Noire »
Marcomans : « Les Graveurs de Runes »
Bataves : « Les Braves Fédérés »
Vandales : « Les Conquérants de la Peur »
Lètes : « Les Esclaves de Rome »
Chérusques : « Les Insoumis d'Arminius »
Saxons : « Les Résistants Païens »
Quades : « Les Vigies du Danube »
Goths : « Les Empereurs de l'Est »
Lombards : « Les Elus des Dieux »
Burgondes : « Les Maudits de l'Or du Rhin »
Frisons : « Les Pirates du Nord »
Niflungar : « Les Fantômes des brumes »
Chattes : « Les Gardiens-Einherjars »

A voir

projet10.jpg

Au crépuscule de la Ligue…

Ce monde nous l’avons forgé par l’acier.
Nous n’avons pas creusé la terre pour en tracer les sillons de notre mémoire, alors nous l’avons arrachée par notre volonté, tel les Vents d’une tempête. Nous savons depuis qu’on viendra nous en chasser mais nous y verserons le sang de nos peuples pour que notre passage demeure éternel.
Et quand nos chairs seront vaincues, alors nos âmes portées par ces même Vents nous ayant toujours accompagnés porteront nos murmures par delà les larmes des cieux, sur les landes et à jamais jusqu’aux cœurs sombres des forêts…
Ainsi quand tous auront tu dans l’Histoire qui nous étions, nous reviendrons chuchoter les nuits sans lune que nous sommes toujours là, dans l’ombre sans doute, mais présents dans leurs doutes et jusqu’à leurs peurs !

Extrait d'une nouvelle inédite (Par Val des Hurles-Vents)
Articles Romancés


Retour index : Peuples

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License