Odin

En construction


Odhinn, Wotan, Woden… Dieu principal du Hof nordique.

"Il donne la victoire à certains
et à d'autres de l'or,
l'éloquence à beaucoup,
l'intelligence aux hommes.
Vents favorables il donne aux héros,
l'inspiration aux scaldes,
il donne l'énergie virile à beaucoup de guerriers."

Consulter l'Arbre généalogique d'Odin

odin3.gif

Etymologie

Germain : Wotan.
Nordique : Woden de la racine Woth : fureur
Vates (latin) :poète, prophète.
Il existe théorie renvoyant le nom d'Odin à une racine asiatique signifiant feu ou lumière.

Noms

Odhin apparaît sous de nombreux nom dans les différents textes. On lui attribue plus de 170 Heitis. Cela nous donne une idée des multiples facettes de cette déité. Odhin est un amalgame d’attributions, regroupant au fil des siècles les fonctions d’autres divinités disparues. C’est ce qui en fait un personnage très complexe.
Voici quelques-uns de ses Heitis
Alfödhr, le père de tous. Fjölsvidhr, celui qui sait beaucoup de chose. Gungnis Vafdahr, le secoueur de Gungnir, Geirs drottinn, le seigneur de l'acier, Hrafnagudh, le dieu des corbeaux, Baleygr, à l'oeil flamboyant (à rapprocher du Fomoire Balor des légendes Irlandaises), Vegtamr, familier des chemins, Gestr, invité, Hangi, pendu, Fimbultyr, dieu terrible, Omi, le suprême, Fjölmir, le multiforme…

Description

Tantôt beau, tantôt laid. Odhin apparaît sous de multiples formes. Il aime se déguiser pour arpenter les routes. Il peut prendre n'importe quelle apparence.
Sous sa forme guerrière il apparaît portant une brillante cuirasse et un casque d'or ; il porte Gungnir (le chancelant), sa lance et monte Sleipnir (celui qui glisse), son cheval à 8 jambes.
Sa forme d’apparition la plus courante est celle d'un vieillard de haute stature avec une longue barbe

Animaux

Odhin chevauche Sleipnir, le plus rapide des coursiers. Se tiennent près de lui ses deux loups Geri (glouton) et Freki (vorace).
Il possède deux corbeaux, Hugin (pensée) et Munin (mémoire) qui chaque matin parcourent pour lui le monde et reviennent lui conter ce qu'ils ont vu et entendu.

Attributs

Sa lance Gungnir. Son anneau Draupnir (le dégouttant) qui toutes les neuf nuits donne huit autres anneaux, c'est le symbole de sa puissance. Son manteau bleu étoilé (Blakappa) et son chapeau (Sidhottr).

Attributions

Dieu aux multiples facettes, Odhin est , encore une fois, un personnage complexe. Voici quelque unes de ses nombreuses attributions.

Le Dieu souverain : Il est le père des dieux, celui qui préside.

Le Dieu de la victoire : Invoqué sur les champs de bataille, il est le maître des Valkyries qui choisissent pour lui les guerriers qui rejoindront sa table. A la bataille il est capable d'aveugler et de rendre sourd les ennemis. Néanmoins il ne combat jamais, il donne la victoire. Il est Le Startège et vénéré en tant que tel.

Le Dieu chamane : Il est le maître du mystique, berseker, loup-garou (berserkr, ulfhednar,vargynjur). Les guerriers fauves sont considérés comme consacré par Odhin. C'est une de ses attributions qui découlent du premier Odhin/wotan, celui qui menait la chasse sauvage. Il est le maître de la transe, il fait parler les morts. Le chiffre neuf lui est souvent associé. Il est le protecteur des sorciers et des Völvas. Il est aussi celui des Ases qui maîtrise le mieux la magie et les incantations. Son supplice pendu à Yggdrasil (poteau chamanique) n’est rien d’autre qu’une transe.

Le Dieu des runes : Il a obtenu les runes en restant pendu a Yggdrasill pendant neuf nuit avec une lance lui perçant le flanc. Il aurait aperçu les runes et les faisant venir jusqu'à lui réussit à se libérer.

« Je sais que je pendis
à l'arbre battu des vents
Neufs nuits pleines,
navré d'une lance
Et donné à Odhinn,
moi même à moi même donné,
a cet arbre
dont nul ne sait
d'où proviennent les racines. »

Le Dieu du savoir : Il a pu boire à la source de Mimir en gageant un oeil (qui n'est rien d'autre que le soleil) et c'est ainsi qu'il a pu voir la fin des dieux.
Ses corbeaux lui rapportent tout ce qui se passe. Il a vaincu dans un duel d’énigmes le géant Vafthrudnir réputé pour son savoir (Vafthruthnirsmal).

Le Dieu de la poésie : C’est le protecteur des Scaldes. Il a bu le nectar des scaldes en le volant après avoir séduit Günnlodh.

Le Dieu des morts : Il préside le Jol (« fête des morts »). Il accueille les hommes morts vaillamment au combat et les intègre à sa suite. Il est aussi le père des pendus.

Le Dieu du droit : c'est lui qui a fixé les lois des hommes. C'est en son honneur que l'on brûle les guerriers avec tous leurs biens.

Mais c’est aussi un dieu fourbe, machiavélique, usant de ruses (qui est une des valeurs principales du combattant viking). Il n’hésite pas à trahir ses héros, voir à revenir sur ses serments.

« Odhin, je crois bien, avait prêté serment sur l’anneau.
Comment se fier à sa parole ? »

Dans certains récits il n’hésite pas non plus à voler ce qu’il désire, comme l’hydromel des scaldes.

Parenté

Parenté divine

Père: Bor. Mère: Bestla. Frères: Vili et .
Époux de Frigg, il a eu de nombreuses autres aventures.
Père de Balder, de Thor (avec Jordh) et de Vali (avec Rindr). Mais aussi de Heimdallr, Tyr , Vidhar, Hodr, Bragi. Mais aussi le nain Olnir ?

De toute façon :

Parenté humaine

De très nombreux peuples germaniques se réclament de la lignée du Dieu Borgne, en particulier les Saxons et Angles chez qui il aurait été l'un des premiers rois, fondateurs de la race :

A Sem genealogia ducitur usque ad Woden, qui tante auctoritatis fuit apud suos. Ailred, Scriptores anglici decem

Erant enim abnepotes illiusantiquissimi Voden, de quo omnium pene barbarrarum gentium regium genum lineam trahit, quemque gentes Anglorum deum esse delirantes. Wilhelmus Malmesburiensis

D'après l'historien Didier-Georges DOOGHE, les origines des saxons septentrionaux remonteraient remonteraient à un roi originaire de la vallée du Don nommé Sigge Fridulf, renommé plus tard, en raison de son caractère guerrier et conquérant Wodan (voir plus haut : Ethymologie), qui de Gardarike (Russie du nord) aurait traversé la Sambie (Lettonie), le Jotaland (Finlande) avant de se jeter sur la Suévonie (Suède), faisant d'Uppsala sa capitale. Il aurait épousé la fille (Frigga) du roi des Suévons (Gylfa) avant d'attaquer la Norvège et le Gothland. De là, il aurait conquis le Danemark (en chassant les Cimbres) en -120, n'arrêtant sa marche qu'une fois arrivé au Rhin.

De Frigga, il aura :

D'un second mariage, avec Skadj, fille de Geirendur (Geiroed ?), il aura :

De ses conquêtes et sa prestigieuse descendance, il passera alors à la postérité en se voyant divinisé, et sa popularité sans cesse croissante finira un jour par le faire prendre la place de Tyr à la tête du Hof.

Demeure

Hlidhskjalf (« tour de guet »). C'est en fait un trone d'où il peut observer le monde. Il préside aussi régulièrement au Valhall où sont accueillis les Einherjars. Celui ci semble titanesque, si haut que l’on ne peut en apercevoir le sommet. Il compte 640 portes. La charpente est composé de lance, le toit de boucliers.

Sa suite

Odhin a nombre d’hommes et de créatures à son service.

Les Valkyries

« Celles qui choisissent les Valrs » (guerriers tombant au combat) puis les servent dans le Valhall. Elles seraient les quinze filles d’Odhin. Armées, elles parcourent le champ de bataille pour juger la bravoure des combattants. Elles cumulent les quatre éléments (air, feu, terre et eau). D’après certains écrits, elles seraient des esprits morts obligés de choisir d’autres esprits. Les aurores boréales seraient le reflet du soleil sur leurs armures.

Les Einherjars

« Ceux qui combattent seul à seul ». Ce sont les valeureux tombés au combat et guidé par les valkyries du champ de bataille jusqu’au Valhall. Ceux ci s’entraînent toute la journée et festoient le soir mangeant le porc Saehrimmir (« suie de la mer »), buvant l’hydromel ruisselant des pis de la chèvre Heidrunn (« Clair ruisseau »). Lors du Ragnarokk, huit centaines sortiront des cinq centaines de porte et quarante outre (une centaine correspond à 120).

Les Berserkers

« Chemise d’ours » guerriers combattants sans protections, rentrant dans une rage bestiale. On se rapproche ici du chamanisme et de la transe guerrière. Leurs déguisements leur permettaient de prendre la forme d’un ours et d’en obtenir la force et la fureur.

Les Ulfhednar/ Varyngjur

(Se référer à l'article Berserkers
Hommes loups/ femmes louves, qui étaient comparable aux bersekers mais étaient eux vêtus de peaux de loups.

« Ces hommes à lui allaient sans cottes de mailles, enragés comme des chiens ou des loups, mordant leurs boucliers, fort comme des ours ou des taureaux. Ils tuaient les gens mais, ni fer ni feu ne les navraient. »

Tacite les décrits comme des guerriers avec le corps peint, combattant de nuit et ayant un regard terrible.

De plus Odhin protège les Völvas, les scaldes et les sorciers qui tous dépendent de ses attributions.

Histoire

Les premiers temps

Au départ Wotan/Odhin était une simple divinité mineure, un démon de la tempête. Il traversait les cieux orageux monté sur un cheval tantôt noir tantôt blanc entouré des fantômes des guerriers morts. On appelait cette troupe « l'armée furieuse » et son chef (Odhin/wotan) était alors appelé Wode (en allemand cela donne Wüten, faire rage). C'est le mythe de départ de la « chasse sauvage ».
On estime qu'à l'époque pendant laquelle Tacite écrivait (IIéme siècle) le culte d'Odhin avait supplanté les autres (et donc pris la place de celui de Donar/Thor, lui même ayant remplacé Tuez/Tyr). Odhin était passé du statut de divinité de la nuit à celui de père des dieux, cela s'accompagnant par de nouvelles attributions (héroïsme, victoire, guérison…).

La création du monde

Odhin, Vili (volonté) et Vé (sanctuaire), fils de Borr et de Buri, tuèrent le géant Ymir et à l'aide de son cadavre créèrent le monde.

« Son nom est Buri. Il était beau, grand, vigoureux. Il engendra un fils appelé Bor, et celui ci épousa Bestla, la fille du géant Bolthorn, avec laquelle il eut trois fils : le premier est appelé Odhin, le second Vili, et le troisième Vé. Et j’ai la conviction qu’avec ses frères cet Odhin est le souverain qui règne sur le ciel et la terre »
Eddas

Gesta Danorum

Odhin est roi de Byzance. Après que sa femme, Frigg, ait eu une aventure avec un serviteur il décide de s’exiler. Il revient par la suite et chasse un magicien (Mythotyn) qui a pris sa place.

Fin

Odhin sera tué par Fenrir lors du Ragnarök.

« Alors vient à Hlin
Une seconde douleur
Quand Odhin se met
En marche contre le loup.
Mais le meurtrier de Beli
L’étincelant, va combattre Surt.
Alors va périr
Le plaisir de Frigg. »
Voluspa

Culte

Comme le démontre une étude sur les noms de lieux ainsi que sur les prénoms composés. Le culte d’Odhin semble être très minime (surtout par rapport à Thor : en Islande, il y a deux fois plus de toponyme de Thor que d’Odhin, à certain endroits comme la Norvège du sud-ouest le nom d’Odhin est quasiment absent..).
Comment expliquer alors que dans les sagas il soit aussi présent et important ? Il y a deux raisons. Premièrement il est le Dieu de la poésie et donc des Scaldes. Il est alors justifié que ceux-ci le citent fréquemment, ou racontent ses aventures. Deuxièmement Odhin relève d’un culte d’élite. De par les fonctions qu’il représente et sa complexité il ne peut pas être le Dieu révéré par le plus grand nombre (à l’opposé de Thor). De plus on sait que c’était le Dieu de tutelle d’Haraldr Harfagri et de son fils Eirikr Blodox qui ont tenté d'unifier la Norvège et qui ont levé contre eux maintes résistances. Donc il est quasiment sûr que les peuples victimes ou chassés ont choisi de vénérer un autre Dieu que celui de leurs ennemis dans le but de se démarquer. En aucun cas cela ne veut dire que le nom d’Odhin était honni mais Thor semble plus proche des « simples gens », plus accessible, Odhin est plus proche de la première fonction Dumezilienne (bien qu’il corresponde aussi à la deuxième) alors que Thor se retrouve plus aisément dans la deuxième .


Hof

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License