Peorth
Peorth.jpg

PEORTH

Sens Culturel

Divinité : Bragi Noms : Peorth - Pethro - ? - Pairthra
Sens littéral : Les Scaldes Lettre : P
Sens initiatique : La Transcendance Oett : Sixième Rune de l'Oett de Hagel
Sens de polarité : L'Imagination Futhark : Quatorzième Rune de l'Alphabet Runique
Sens sombre : La Folie Symboles : Dés (à jouer) - Lyre - Masque (Loup)

"Les rires, jeux et Echecs sont pour les hommes fiers,
Là dans la Halle à bière où s'asseyent les gens joyeux ;
Mais gare au bouffon, pitre grotesque qui pourtant,
Derrière son masque, cache la sagesse que les tristes bougres ne veulent pas voir."

web_pe10.jpg

Peorth est la sixième Rune de l'Oett de Hagel et également la quatorzième Rune du Futhark. Elle symbolise le rêve pour les Hommes, leur ouvrant un monde onirique. En effet après les affres de Eoh, l'Homme ne peut n'être que le jouet de sa propre condition ou de celle du Destin. Si ces derniers ont leurs frontières, leurs limites, leurs dangers et leur inéluctabilité, Peorth peut s'affranchir de tous.
L'Oett de Hagel, si lourds du poids de la fatalité, entame ici un nouveau cycle. Le fardeau de Eoh est une vérité seulement partagé par les Hommes qui ont conscience de leur propre mort. Alors pour soulager cette charge terrible, les Hommes ont eu la clé poétique des songes pour célébrer leur fraternité, leurs mémoires, leurs ancêtres, leur histoire, leurs mélancolies, leurs peurs et leurs joies dans les rires, les jeux, les festivités et le partage de la boisson des Dieux, l'Hydromel et la Bière.
C'est d'ailleurs avec ces boissons que l'on levait sa coupe en l'honneur des rites et des rois dans une coutume qu'on nommait le Bragarfull ou Coupe de Bragi.
Pourtant même ce monde a ses lois et celles-ci sont connues des seuls Scaldes.
Ainsi dans le Hof, Peorth est lié à ces poètes légendaires qui avaient la science de l'art oral et plus encore pour le plus illustre d'entre-eux, Bragi. Ce Dieu qui semble avoir été un Homme (du nom de Bragi Boddason) avant d'être divinisé par ses pairs est le plus mythique des Scaldes et un conteur sans égal. On dit même de lui qu'il a la langue recouverte de Runes tatouées.
Il entonnait ses vers avec sa Lyre (ou sa Harpe enchantée par des Nains) qui est l'un des symboles de Peorth. On trouve également les Dés à jouer qui étaient l'un des jeux favoris des Germains avec les Echecs (ou Tafl). Enfin le Masque (ou Loup) est là pour rappeler que l'enivrement a ses faux-semblants car on ne sait quelle vérité s'y dissimule derrière…

Peorth incarne donc la poésie des Scaldes et avec la Transcendance qu'elle inspire à ceux en comprenant le sens.


Sens Philosophique

Peorth enseigne que les célébrations sont choses sacrées et
spirituelles. Elle rappelle que le Scalde est un sage déguisé
qui détient les secrets malgré sa folie.


Comme on l'a vu Peorth est une Rune de joie et de festivités.
Mais elle est bien plus que cela, car sa vérité est dans sa légèreté qui fait briller les yeux des Hommes. Elle accompagne les rites et les célébrations de la vie, et aussi des faits d'armes et de la mort. Même si elle semble détachée des besoins vitaux des Hommes, comme l'est Nyd, elle est pourtant l'essence même de l'humanité, l'Imagination.
Sans imagination l'humanité n'aurait jamais pu créer et évoluer. De plus elle porte les murmures de l'Histoire humaine, de tout les ancêtres ayant vécu autrefois et marque et célèbre autant les cycles de la Nature que les Dieux.
Son enseignement, même s'il semble complexe, est pourtant lié au Destin. Le chaos de ce dernier se mêle à la folie douce qu'elle incarne. Ainsi elle indique que le sacré doit être une fête permanente comme une revanche sur sa fragile condition. Quoi qu'il arrive il faut savoir se détacher du monde réel pour rejoindre des havres oniriques où demeurent l'espoir et les rêves les plus fous.
D'ailleurs si l'Homme ne rêve pas, il finit par mourir. Peorth n'est rien d'autre que le rappel de cette loi humaine.

"Ô, Peorth, Rune de l'Ase-Humain Bragi,
Je te loue, Glyphe onirique des Scaldes.
Tu es fêtes, danses, joies, arts et mélodies,
Tous les Bardes t'honorant de leurs balades.

Mais gare aux faux-semblants cachés par le loup
Car seul le bouffon sait jouer de sa folie,
Raillant nos si bêtes préjugés malgré nous,
Tout en nous faisant rêver par sa poésie."


Toutefois si Peorth célèbre la fraternité et la rencontre des Hommes et de leur culture, elle a également ses pièges.
S'échapper trop loin dans le monde des rêves dénie la réalité et trompe la vision des choses. Ainsi le bouffon, s'il moque les Hommes, les Rois et la vie même, est autorisé à le faire car il a le contrôle de sa transe. Tel un Chaman il est un initié à la folie et ne s'y perd jamais.
Chacun porte un masque comme le sien mais peu savent y déceler les yeux qu'il dissimule. La transe, les drogues et les enivrements sont des plaisirs nécessaires quant à supporter le poids de sa destinée mais ils sont autant de voies de confusion pour qui les empruntent avec excès et sans maîtrise.
C'est en cela une Rune très humaine dont les Scaldes en sont les seuls passeurs.
Dans ce concept philosophique et métaphorique c'est donc ce qui inspire et enivre.

"La folie est-elle celle que l'on mure derrière des barreaux ou appartient-elle plutôt à celui gardant la clé de cette geôle démente ? Ainsi est le masque et ses deux faces…"
Cette pensée est là le pendant polaire de Peorth qui incite à ne pas se couper de ses rêves et de son imagination sous peine de s'abandonner à la folie (ici savoir être lucide sur soi même, ne pas se prendre au sérieux et s'échapper de sa condition).
Un enseignement illustré par la sagesse d'une strophe trouvée dans le Havamal :

Rien de moins bon, la croyance voulant que
La boisson soit bonne pour les fils des Hommes :
Plus un homme boit, moins il sait,
Et devient un fou hébété.


Sens Spirituel

  • Symbolique spirituelle

Peorth dans sa symbolique spirituelle est lié au sacré. Elle est une Rune de communion et de célébrations avec les puissances supérieures, les Dieux ou le monde imaginaire de ses rêves. Elle permet de transcender son esprit de son corps et de vagabonder dans celui d'autres mondes plus oniriques.
La voie empruntée par Peorth est celle du "lâcher-prise", des plaisirs, des joies et de l'euphorie. Mais elle n'est pas un chemin solitaire et on y rencontre bien des rêves, parfois incarnés en des choses plaisantes parfois plus sombres. Les charmes des dames, ceux des élixirs ou des jeux soulagent les tentions mais ils en créent souvent de plus pernicieux si on ne sait retrouver pied en la réalité. C'est la fraternité qui nous fait aimer la vie mais il faut être prudent car jamais on ne sait ce qui se cache derrière les masques des uns et des autres, parfois même sous le sien !
Enfin Peorth n'est pas un chemin de débauche et de folie mais de douce joie dans la communion de son parcours.

  • Lien au Wyrd

Dans la représentation de la Toile du Destin et des Neuf Mondes, le lien Peorth s'étend de Helheim à Ljosalfaheim.
Ce lien est ici très mystérieux pour les Hommes qui le recherchent pourtant depuis l'aube des temps lors des premiers rites funéraires. D'ailleurs elle vient du monde invisible, caché, parfois mort et elle est donc illusions, troubles et faux-semblants… mais les Scaldes savent mener leurs contemporains jusqu'à son terme, le monde des rêves, l'onirique univers des Elfes et par eux du merveilleux.

  • Seidr

Rune du sacrée, Rune des Scaldes, elle est celle qui enivre, inspire les créations et les arts. Elle permet les fêtes les plus joyeuses et transporte les esprits dans d'autres mondes.
Toutefois même un Scalde peut avoir un masque trompeur et l'user pour tromper les sens, pour dévoiler l'interdit, moquer les âmes jusqu'à les rendre folles. En contrepartie celui qui dévoile ainsi ses intentions finit par montrer à tous ce qu'il dissimule de lui-même sous son masque.


Retour index Rune par Rune
Retour index Les Runes (L'Or des Germains)

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License