Suèves

Les Suèves parmi Les Trente :

Comme on l’a vu avec les Hermundures et les Sicambres, des « petits » Clans de la « Ligue » ont pu connaître un Destin des plus étonnants en donnant l’élan à la naissance de grandes « nations ». Les Thuringes à leur tour connaîtront cette destinée mais dans une dernière espérance d’unité des derniers Germains.
Les Suèves eux auront peut-être formés la première coalition des Frères au début de leur ère. Auraient-ils du donner leur nom en place des Germains ? On ne le saura jamais, l’Histoire ayant choisi le petit peuple des Tongres en lieu de ces « Anciens Frères »…


Les Suèves sont à la fois un peuple mais également une grande communauté et peut-être les premiers et : « Anciens Frères »


Les Suèves

(Les Anciens Frères)


Les Suèves (ou Suevi) sont le nom donné à l’un des plus grands peuples Germains de l’Antiquité.
Du moins est-ce là comment on les présente.
Toutefois Strabon ou César qui les nomment ainsi et après eux essentiellement Tacite se sont peut-être hâtés à en faire l’un des peuples les plus importants de Germanie. Il semblerait au contraire que si Suèves il y eut, ceux-ci n’aient été qu’un peuple comme les autres et sans doute peu influent. En fait le nom de Suèves était un nom générique (peut-être d’ailleurs un temps en concurrence avec celui de Germains) englobant beaucoup de clans et tribus distinctes que l’on situe aux orées de la Forêt Hercynienne et sans doute en son sein également. Tacite lui-même ne cache pas ce fait :

« Maintenant il faut parler des Suèves, qui ne constituent pas, comme les Chattes ou les Tenctères, une seule nation : ils occupent la plus grande partie de la Germanie ; ils sont d’ailleurs divisés en peuplades et dénominations particulières, quoiqu’ils portent le nom général de Suèves. »

En fait il y a là un flou autour de cette « unité » Suèves. En outre souvent mal localisés on y englobera des Quades, des Marcomans, des Vandales, des Semnons, et jusqu’aux Hermundures, pourtant futurs Alamans. Ainsi ces origines multiples des Suèves (en fait c’étaient là principalement des Germains de l’Est), leur rencontre dans une grande partie de la Germanie et leur nombre trop important renforcent effectivement les dires de Tacite quant à leur manque d’unité et leur éloignement à toute idée de nation. Plus probablement les Suèves auraient été le fruit d’alliances tout comme plus tard celles des Alamans, des Francs et des Thuringes.
Et une nouvelle fois une caractéristique commune aux Suèves a pu tromper :
« La caractéristique de cette nation est qu’ils rejettent leurs cheveux sur un côté et les relèvent en les serrant d’un nœud ; c’est ce qui permet aux Suèves de se distinguer des autres Germains… »
Et c’est là le « nœud » de la confusion des témoins de cette époque.
L’archéologie, les préservations des corps dans la tourbe et les représentations d’effigies romaines ont démontré que la plupart des Germains portaient cette coiffe ! On voit de nouveau ce qui a pu faire penser à tord qu’ils étaient si puissants et nombreux dans toute la Germanie.

Chroniques Suèves


Si les Suèves apparaissent sous ce nom au 1er Siècle BCE, on a vu que leur histoire et leur localisation est très difficile ou mêlée à celles d’autres grands peuples.
Toutefois au début de leur ère ils résident sur toutes les rives Danubiennes et de l’Elbe. Peu à peu les conflits entre Marcomans et Quades avec les autres nations se partageant le Danube les fait s’installer le long du Rhin et de la Forêt Hercynienne, en fait en « Souabe » (près du fleuve Neckar), nom de leur territoire. De là on les retrouve au gré de quelques alliances mais ils semblent demeurer en paix dans cette région.
C’est au moment des grandes migrations que les Suèves accompagnés des Vandales en particulier rejoindront la « Gallaecia » (Galice), en fait la partie Ouest de l’Espagne et du Nord du Portugal de nos jours. Rome finira par leur permettre d’y demeurer et passera Foedus au début du Vème Siècle CE mais c’est aussi à ce moment qu’on perd témoignages même si l’Histoire les citent aux Champs Catalauniques auprès des Wisigoths puis une nouvelle fois au milieu du 6éme Siècle CE lors de leur conversion au monothéisme sonnant la fin de leur indépendance en l’An 585.

Le Clan Antiques Suèves


Si un Clan propre au nom des Suèves a eu une seule origine c’est peut-être dans le même élan que Tacite parvient à différencier cette ambigüité en décrivant la chevelure des Suèves premiers :

« Chez les Suèves, c’est jusqu’à l’âge où l’on blanchit qu’on hérisse et rebrousse sa chevelure, et souvent on l’attache tout au sommet de la tête ; »

Cette subtile différenciation est peut-être la description particulière des Suèves. La chevelure chez les Germains était très importante, qu’on la porte de façon à effrayer ou impressionner comme ces Suèves, qu’on la porte longue comme la plupart des Germains ou qu’on la rase uniquement chez les Chattes pour renforcer leur détermination guerrière et leur rang particulier.
Outre les coiffes complexes et particulières différenciant les Suèves des autres Germains, ils semblent avoir pratiqués des sacrifices humains, choses bien plus rares au sein de cette civilisation qu’on a pu le croire. C’est ce qui fait dire qu’ils priaient et rendaient culte certainement à Odin, l’une des seules divinités à qui l’on rendait ainsi rite.
Enfin ils auraient eu eux-seuls la garde et le secret du lieu naturel le plus sacré de la Forêt Hercynienne, pour eux, le berceau de leur création où résidait leur Dieu. Si on ne peut que peu bâtir sur ces rares traces des coutumes Suèves, ils semblent que ceux-ci étaient très investis religieusement dans tous les cas…


Les Trente
Peuples

Sources :
Géographie de Strabon
Guerre des Gaules - Livre IV
Tacite - Germania - Chapitre XXXVIII et XXXIX
Dictionnaire Larousse

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License