Thrymskvitha

Le Thrymskvitha, « Lai de Thrym », suit dans le Codex Regius le Lokasenna. Curieusement Snorri Sturluson ne semble pas en parler dans ses Eddas bien qu’il concerne le vol du puissant marteau de Thor ! Pourtant on trouve là un récit plutôt amusant quand Thor se déguise en jeune mariée et que le Géant croyant épouser Freyja lui tend le marteau pour bénir leur union avant de se faire massacrer par ce même Mjollnir !
Le Lai de Thrym est l'un des poèmes les plus aboutis à la trame proche de la légendaire Völuspà ! D'ailleurs il est connu également sous la version de "la plus fine balade du monde" !
Sa forme, sa trame, le développement de partie humoristique et la vigueur du rythme contribue à faire du poème l'un des plus vivants produits dans le Codex.

Présentation du texte

On ne sait rien de l'auteur qui pourtant semble être l'un des plus fabuleux Scaldes de son époque.
Plus incroyable encore ce texte serait daté de l'An 900, ce qui en fait l'un des plus vieux parchemins du monde antique ! Il est dit aussi que le Skirnismal et les Baldrs Draumar seraient du même auteur auquel on attribue également parfois le Lokasenna.
Détail rare, le texte ne contient pas de prose introductrice ou explicative, celle-ci étant contenue dans les vers eux-mêmes, ce qui est un phénomène unique dans les Eddas.

La Saga

1 (Le Narrateur)*
Sauvage et terrible fut le réveil, en cette matinée, de Vingthor
Quand il s'aperçut que son Marteau enchanté avait disparu !
Il s'arracha presque la barbe, ses cheveux s'en raidirent même
Et il se mit à sa recherche, lui, le fils de Jord.

2
Entendez maintenant la teneur de ses premiers dires :
"Ecoutez Loki et comprenez mes paroles :
Nulle part sur Terre il n'est rapporté qu'un Homme
Ni même aucun Dieu dans les Cieux n'aient jamais ainsi volé notre Marteau !"

3*
Jusqu'à la demeure de la noble Freyja les deux compères allèrent
Et, là, Loki tint le premier ces paroles :
"Puissiez-vous Freyja me prêter votre habit de plumes enchantées
Pour qu'ainsi je puisse à mon tour aller chercher le Marteau ?"

4 (Freyja inquiète)
Fragile il semble être mais pourtant cousu de fils d'argent lumineux
Et je vous le prêterai bien qu'il soit fait de plumes d'or…

5 (Quelques temps plus tard)*
Alors Loki s'était envolé, les plumes de l'habit enchanté vrombissantes,
Jusqu'à ce qu'il laisse loin derrière lui la Halle des Dieux
Et atteigne enfin le royaume des Géants ;
Thrym, le Maître des Géants était assis sur un monticule;
Il tenait ses chiens par de lourdes chaînes d'or
Frottant et caressant les crinières de ses chevaux.

6 (Thrym aperçoit Loki)
Comment se portent les Dieux, comment se portent les Elfes ?
Pourquoi donc venez-vous donc ici seul sur les terres des Géants ?

7 (Loki accusateur)
Mal se portent les Dieux, mal se portent les Elfes !
Je vous somme de dire l'endroit où vous avez dissimulé le Marteau d'Hlorrithi !

8 (Thrym propose un pacte)
J'ai bien dissimulé le Marteau d'Hlorrithi,
Huit miles plus bas sous de la terre !
Et aucun homme ne le ramènera jamais
Si Freyja en gage ne devient pas ma femme !

9 (Loki s'en retourne)
Alors Loki s'envola, les plumes de l'habit enchanté vrombissantes,
Jusqu'à ce qu'il laisse loin derrière lui la Halle des Géants
Et atteigne enfin le royaume des Dieux ;
Là, dans la cour, il rencontra Thor
Lui mandant alors de lui narrer ses aventures :

Avez-vous trouvé quelques indices sans qu'ils soient trop troublants ?
De toutes les nouvelles, du ciel, ici vous relaterez maintenant ;
Souvent celui qui s'assied oublie son histoire
Parlant avec des mensonges alors affaissé sur lui-même !

10 (Loki relate les faits)
Des indices troublants et ennuyeux j'ai malheureusement à dire :
Thrym, le Roi des Géants, conserve le Marteau
Et sans retour à nul homme il ne sera rapporté
Si Freyja il n'obtient pas pour femme !

11
Freyja, la noble Dame, ils vinrent alors trouver
Et Loki fut le premier à lui parler :
"Revêtez-vous, Freyja, d'un voile nuptial
Car nous devons au plus vite rejoindre la demeure des Géants !"

12*
Freyja se mit alors hors d'elle renâclant férocement,
Les parois de la vaste Halle des Dieux en tremblant !
L'éclat du puissant collier de Brising en irradiait même sa colère :
"Plus frivole et lascive encore j'apparaîtrais alors à tous
Si je voyageais ainsi jusqu'à la demeure des Géants !"

13 (Un Thing est décidé)
Fort de ces faits les Dieux se réunirent ensemble,
Les Déesses vinrent également, pour tenir un Thing ;
Le plus légendaire d'entre tous désira qu'un plan soit décidé
Pour trouver le moyen de regagner le Marteau enchanté d'Hlorrithi.

14*
C'est Heimdall, le plus lumineux des Dieux, qui parla le premier
Car, comme les Vanes, il connaissait bien l'avenir :
"Recouvrons Thor du voile nuptial
Et laissons le porter le puissant collier de Brising !

Laissons les clés du trousseau tinter à sa ceinture
Et laissons pendre jusqu'à ses genoux cette robe de femme
Avec une large broche de gemmes brodée sur sa poitrine ;
Enfin couronnons sa tête par une belle houppelande !"

15*
Offensé, Thor le Puissant apporte immédiatement son déni :
"Tous les Dieux me nommeront la femmelette
Si je me laisse revêtir de ce voile nuptial !"

16
Alors parla Loki, le fils de Laufey :
"Gardez le silence Thor et n'en dites pas plus ;
Sous la seule volonté des Géants demeurera Asgard
Si le Marteau n'est pas rapporté en cette Halle !"

17 (La raison l'emporte…)
Alors fut revêtu Thor du voile nuptial
Puis ensuite du puissant collier de Brinsing.

Les clés du trousseau, tintant à sa ceinture, furent accrochées,
La robe de femme fut laissée pendre jusqu'à ses genoux
Et une large broche de gemmes fut brodée sur sa poitrine ;
Enfin fut couronnée sa tête par une belle houppelande !"

18
Une fois fait alors, Loki, le fils de Laufey, parla :
"En tant que Dame de compagnie je viendrai avec vous
Et nous deux ainsi nous irons rapidement jusqu'à la demeure des Géants !"

19 (Les deux compères partent alors)*
Rapidement, des pâturages, furent amenées les chèvres jusqu'à la Halle
Et alors sans faire de haltes, elles coururent de toutes leurs vélocités ;
Les montagnes tremblèrent et la Terre s'embrasa sous leurs sabots
Pendant que le fils de Thor les conduisait à Jotunheim !

20 (Thrym les voyant arriver)*
D'une voix forte parla Thrym, le chef des Géants :
"Hâtez-vous Géants ! Mettez de la paille sur les bancs !
Voilà qu'on m'apporte Freyja pour devenir ma femme,
La fille de Njord ainsi venue de Noatum.

21 (Thrym inspiré d'amour)
De bétails aux cornes d'or mes étables sont pleines
Et les plus beaux taureaux noirs m'apportent grande joie ;
Nombreux sont les joyaux et les gemmes de ma Fortune
Mais Freyja seulement manquait à mon cœur !

22 (Quelques temps plus tard)
Tôt il était encore quand la soirée débuta
Mais déjà la bière était brassée pour les Géants ;
Thor à lui seul mangea un bœuf et huit saumons
Mais aussi toutes les douceurs réservées aux femmes
Puis, enfin, le mari de Sif but trois tonneaux d'hydromel !

23
Surpris, ainsi parla à mots lourds Thrym, le chef des Géants :
"Qui aura déjà vu une jeune mariée avoir de telles profondes bouchées ?
Moi je n'en ai jamais vu une avec une aussi large,
Ni d'ailleurs une damoiselle qui pouvait boire autant d'hydromel que cela !"

24
Assise à ses côtés, la Dame de compagnie parla avec sagesse,
Répondant avec astuce aux doutes du Géant :
"Voilà huit nuits que Freyja a jeûné de toutes nourritures,
Trop ardent étant son désir de joindre Jotunheim !"

25*
Thrym alors s'approcha près du voile nuptiale, désirant ardemment embrasser sa promise,
Mais fut repoussé en arrière de l'autre côté de la Halle croisant pourtant à peine son regard :
"Pourquoi les yeux de Freyja sont-ils si terrifiants ?
Le feu, je pense, brûle au fond de son regard !"

26
Assise à ses côtés, la Dame de compagnie parla avec sagesse,
Répondant avec astuce aux doutes du Géant :
"Depuis huit nuits Freyja n'a pu trouver le sommeil,
Trop ardent étant son désir de joindre Jotunheim !"

27*
Bientôt alors s'approcha la sœur malheureuse du Géant
Qui ne craint pas de mander les devoirs nuptiaux :
"De mes mains prenez ces anneaux d'or rouge
Si vous êtes disposée à gagner les faveurs de votre bien-aimée.
(Et le bien-aimé en sera alors le plus heureux)

28*
Alors parla d'une voix forte Thrym, le chef des Géants :
"Apportez le Marteau enchanté pour sanctifier la mariée,
Sur les genoux de la Damoiselle déposez ensuite Mjollnir
Et de nous deux Var bénira ainsi l'union !"

29
Le cœur d'Hlorrithi se souleva de rires dans sa poitrine
Quand le Puissant à l'âme guerrière se saisit alors de son Marteau !
En premier il tua Thrym, le Roi des Géants,
Puis décima tous les gens de sa cour !

Il se retourna alors vers la vieille sœur du Géant
Qui avait prié pour les devoirs nuptiaux ;
Un terrible coup elle reçut, en lieu de son or brillant
Et de ses nombreuses bagues, par la puissance du Marteau !

30*
Ainsi fut repris Mjollnir par le fils d'Odin !

Annexes

1* : Vingthor (Thor le hurleur ?) est un autre nom pour Thor, assimilé aussi à Vingnir.
Jord (Terre) est la mère de Thor, Odin étant son père.
3* : La Halle de Freyja est Sessrymnir (aux nombreux bancs) dans la région de Folkvang –
Habit de plumes : C'est un habit magique de plumes permettant de voler… mais appelé également la "robe de faucon", il est plus probable que cet artefact permette d'effectuer une transformation magique en un tel rapace…
5* : Thrym (Géant du Gel), volant le marteau, serait ici une image pour signifier l'absence d'orage (provoqué par Mjollnir) pendant l'Hiver (personnifié par les Géants)…
12* : Le collier de Brising est un artefact fabriqué par les Nains et donné à Freyja.
14* : Le plus lumineux des Dieux est ici Heimdall qui outre sa fonction de gardien d'Asgard est parfois présenté comme le Dieu de la lumière. Sa sagesse équivaudrait au fait qu'il voit de sa vigie les Neuf Mondes – Rien n'indique ici que les Vanes aient dons de prescience…
15* : Sans doute une ligne a été perdu dans cette strophe.
19* : Les chèvres ou boucs font référence au char de Thor tiré par de tels animaux.
20* : Noatum : La demeure de Njord où Skadi ne pus résider alors sa femme. (cf dico.)
25* : Le feu fait référence ici aux yeux ardents de Thor lorsqu'il déclenche la foudre.
27* : La malheureuse Géante est peut-être un défaut du texte qui parle ensuite de la vieille Géante…
28* : "sanctifier" : La cérémonie de mariage existait dans la coutume Germanique et en effet un marteau bénissait ces unions en réponse aux conversions chrétiennes de la croix –
D'ailleurs des rituels runiques utilisent ce signe du Marteau pour favoriser l'énergie –
Var : La Déesse des Pactes et des Unions –
30* : Les différentes versions n'accordent pas toujours cette dernière phrase et le texte originel renvoie au début d'une strophe laissée inachevée…


Sagas et Prophéties

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License