Völva
Elli.gif

Völva, « Voyante ou Prophétesse ? », est le nom par lequel se présente la brillante prophétesse dans la Völuspà et qui sait alors généralisé aux femmes douées du don de prophétie.
Leurs noms évoquent également, dans certaines traductions, leurs rapports avec les "Baguettes", en fait les Runes gravées sur le bois qu'elles employaient pour lire le Destin (comme on en trouve un témoignage dans Germania de Tacite).
Leur savoir était transmis entre femmes ainsi que les chants de pouvoirs qu'elles entonnaient lors de transes rituelles (peut-être d’ailleurs faut-il y voir là la légende voulant que les hommes usant du Seidr, leur royaume de pouvoir, se féminise à son usage !). Voilà comment s’ouvre la Völuspà la décrivant :

Les hommes m'appellent Völva quand je visite leurs maisons,
Une prophétesse, sage dans ses Galdrs,
Invocatrice et maîtresse du Seidr.
Les femmes malicieuses me souhaitent toujours bienvenue.

Des anneaux, des bracelets et des colliers, je fais don
Pour apprendre le savoir, pour apprendre la sagesse runique, le Seidr :
De plus en plus vastes dés lors est ma vision par-delà les Mondes.

glossaryseid.jpg

On voit donc là le rôle très féminin des Völvas et leur puissance qu’elles incarnent dans leur vision, leur don, pouvoir, leur bague et amulettes et bien sûr dans leur tirage des augures, les Runes. Peut-être par respect pour ces dernières, on trouve beaucoup de sources citant les Völvas munis toujours de gants, certains même en peau de chat !
Peut-être est-ce dans les Baldrs Draumar la même Völva de la Völuspà qui est arrachée de la tombe par Odin et qui annone la prophétie maudite de Balder.

Dans la Saga de Hrolf Kraki on trouve une Völva, Heid, qui semble être la même que dans la Völuspà.


Source image en haut à droite : Site

Croyances et Pratiques Cultuelles

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License